•  

    Cher Antonius,

    Qu’en pensez-vous : Rachida Dati, est-elle snob ?

    Ursula B., Paris VII

     

    Chère Ursula,

    Je vous remercie pour votre question. Considérant qu’elle est maire du très chic VII. arrondissement, quartier où la plupart des habitants semblent de bonne condition et bien nés (et des snobs plutôt conservateurs), on pourrait effectivement croire qu’elle soit elle-même une snob « naturelle » ou « autochtone ». Toutefois, à mon humble avis, Mademoiselle Dati est ce que nos voisins allemands appellent vulgairement « mediageil ». La première partie de ce mot teuton qui n'existait pas encore dans le vocabulaire freudien, « media », est identique dans toutes les langues. La deuxième partie, le mot « geil », est un adjectif qui peut vouloir dire plusieurs choses : lascif, sensuel, libidineux, luxuriant, lubrique, exubérant, ou en zoologie : en chaleur, en rut. C’est ainsi que l’on repère les snobs « primaires », naïfs, simples et grossiers, ceux qui sont assidûment en quête de reconnaissance et pour qui le mot « understatement» restera éternellement un mystère. Un psychiatre avisé pourra sûrement aider ces malheureux à se défaire de ces stigmates psychologiques. Contactez-moi si besoin : j’en connais un très discret dans une rue fort distinguée du VIII. arrondissement, à deux pas de chez vous.


  •  

    Cher Anton,

    Vos conseils en anti-âge sont extraordinaires et si efficaces ! Je ne fume plus, j’ai sévèrement réduit ma consommation de sucre et il est vrai qu’en snobant sans gêne les choses et les personnes qui le méritent, j’ai effectivement l’impression d’avoir retrouvé toute ma vitalité ! Je suis convaincue que grâce à vous j’ai gagné quelques années sur la tombe ! De surcroît, je me sens souveraine et confiante ! Je vous suis tellement reconnaissante ! Merci ! Votre soutien est formidable ! Et longue vie à Snoblissime !

    Simone L., Rennes

     

    De rien, chère Simone, je suis ravi que mes méthodes snobs marchent. Que des bonnes raisons pour sabrer un excellent magnum de champagne ! Car n’oubliez pas : cette boisson est également un élixir de vie ! Et un grand bravo à vous ! 


  •  

    Cher Monsieur,

    Mon épouse et moi souhaitons acquérir un couple de cygnes pour notre étang qui, malheureusement, est uniquement peuplé d’ordinaires colverts.  Ma femme souhaiterait importer un couple de Cygnus melanocoryphus d’Amérique du Sud.  Qu’en pensez-vous ?

    Mr. Claude R., Sully-sur-Loire

     

    Cher Claude,

    Il me semble que vous aussi, vous en doutez ? En effet : évitons la volaille exotique en dehors de la maison. Laissons les bassins remplis de pingouins, de flamants roses et autre kitscheria aux nouveaux riches et optons de préférence pour une espèce autochtone. Rappelez votre épouse qu’il fait souvent frisquet dans le Loiret. Importez plutôt un couple suédois, danois ou encore de la Grande-Bretagne où, selon un texte de loi très ancien tous les cygnes appartiennent au souverain de vigueur. Ôtez Elisabeth II subtilement d’un couple de cygnes noirs et d’un couple au plumage blanc afin que vous puissiez alterner selon vos humeurs et les saisons. Parlez-en préalablement à votre jardinier, votre forestier ou à votre garde-chasse, car une telle organisation nécessite quelque savoir-faire. Vous pouvez l’inscrire pour un stage de gardien de cygnes à l’Abbotsbury Swannery dans le Dorset, fondé au XIème siècle par des moines bénédictins et qui fournissait tous les banquets et châteaux de la région.

    Par ailleurs, un ménage de cygnes empaillés et posés sur des piédestaux fera également un bel effet dans votre entrée. Évitez alors des attitudes trop « dramatiques » et optez plutôt pour une pose « académique » surtout s’il s’agit de volailles subtilisées à Sa Majesté. 


  •  

    Cher Anton,

    Ma belle-mère m’a fait une scène épouvantable à Noël à propos de mon menu si joliment présenté et entièrement écrit à la main: elle prétend que le mot « soupe » est strictement tabou…

    Marie-Chantal G., Marseille.

    Désolé, chère Marie-Chantal, mais votre belle-maman a raison : Le Dictionnaire de Trévoux de 1771 est formel : « Le mot soupe est français, mais extrêmement bourgeois. Ceux qui parlent bien disent : "servir le potage" et non pas "servir la soupe". » 


  •  

    Cher Antonius,

    Connaîtriez-vous un moyen snob d’arrêter de fumer ?

    Simone L., Rennes

     

    Chère Simone,

    Je comprends votre désarroi ! C’est souvent le snobisme qui nous incite à fumer une première fois. Parce que les autres le font, parce que vous avez peur de manquer quelque chose, à cause de votre curiosité très superficielle de savoir ce qui se passe (voire ce qui se fume). Au début du 19ème siècle, on publia en Grande-Bretagne plusieurs traités entièrement consacrés au cigare, récemment introduit dans les milieux dandy, afin d’aider les consommateurs à maintenir une certaine élégance avec un havane à la main. Inconsciemment, la consommation de tabac du dandy symbolisait parfaitement sa conception du monde et son comportement face à celui-ci : allumer un cigare ou une cigarette était une activité « inutile » et de ce fait un acte aristocratique. A ce début du 21ème siècle, c’est toujours un geste « vain » ; toutefois, il est devenu difficile de demeurer arrogant et frivole lorsqu’on est contraint de fumer sur un trottoir nauséabond, exposé à la température hivernale et aux regards sarcastiques des passants. De surcroît, des recherches et des statistiques (britanniques également) démontrent que l’élite fume de moins en moins et la populace de plus en plus ! Voilà une bonne raison, ma chère Simone, de s’en abstenir instantanément! A moins que vous aimiez être prise pour une plébéienne! Une exception reste la Duchesse de Cornouailles qui fume encore comme un crématoire. Cependant, sa vieille peau fripée devrait vous encourager davantage !   


  •  

    Cher Anton,

    Je sais: vous en avez assez de partager vos bonnes adresses et vos bons conseils, mais j’étais débordé ces dernières semaines. Du coup, je n’ai même pas eu le temps de trouver un cadeau de Noël original pour ma fiancée…. Aidez-moi s’il vous plaît !

    Pierre C., Neuilly sur Seine

     

    Cher Pierre,

    Bon , exceptionnellement, une dernière « petite » adresse. Connaissez-vous Marchak ? Ce joaillier de Kiev, fournisseur des tsars, qui s'est installé à Paris dans les années 1920 et qui propose une étonnante collection de joyaux ? "Un style reconnaissable entre tous par la générosité de ses couleurs et surprenant par une audace ornementale qui révèle un désir permanent de conquête dans un monde où Marchak s'affirme en maître de la diversité des matières" écrit l'historienne Marguerite de Cerval. Les thèmes déclinés sont le plus souvent figuratifs empruntés au répertoire des  naturalia, puisant dans les mondes végétal et aquatique. On y trouve également un bestiaire complet avec grenouilles, hérissons, chouettes, serpents, pieuvres, oiseaux et papillons. Ces créations uniques mélangent parfaitement pierres fines et précieuses et matériaux originaux comme la pâte de verre ou le vison. Dans le nouveau salon de vente de Marchak, situé 41, rue de Richelieu et ouvert depuis avril 2005, les clients et clientes sont accueillis sur rendez-vous uniquement, dans un cadre aux murs et rideaux rouges, rehaussé de pourpre. Votre fiancée y sera reçue comme une princesse! 


  •  

    Cher Anton,

    Ma belle-mère aime le cristal, mais j’aimerais lui offrir autre chose que l’éternel Baccarat. Pourriez-vous m’aider ?

    Isabelle F., Lille

     

    Chère Isabelle,

    Vous êtes toutes les mêmes ! Mais, vous avez toutes tellement raison : les belles-mères sont généralement des snobs impitoyables ! 

    Cependant : qu’insinuez-vous par « l’éternel » Baccarat ? Je viens moi-même d’acquérir un pied de lampe Baccarat superbement vintage à une vente aux enchères très snob aux Orphelins d’Auteuil ! Le snob-appeal de Baccarat est effectivement indémodable. Pourquoi serait-ce blâmable? Soit ! Le client est roi et la cliente est reine! Et toutes les belles-mères sont des impératrices !Je vois que vous n’êtes pas loin de la frontière belge. Tentez donc votre chance à la cristallerie Val-Saint-Lambert sur le site d’une ancienne abbaye à Seraing, près de Liège, fondée en 1826 avec des soutiens considérables financiers du roi néerlandais Guillaume d’Orange. En 1836, le roi belge Léopold devint, à son tour, un actionnaire important. Jadis, jusqu’à la révolution, cette cristallerie était un des fournisseurs préféré de la Cour impériale de Russie. Forcément, l’actuel roi belge s’y fournit, comme certaines altesses saoudiennes et monégasques également.  


  •  

    Cher Monsieur,

    Je viens de déménager à Bordeaux. L’agence immobilière m’avait juré que le quartier était très snob, mais après quelques investigations, je constate que la plupart des habitants de la rue sont d’un niveau plutôt médiocre. Mon avocat m’a déconseillé d’entamer une procédure, car je n’ai aucune preuve écrite. Qu’en pensez-vous ?

    Georges H., Bordeaux

     

    Mon cher Georges,

    Vous me voyez très consterné : j’ai toujours cru que le Bordelais était une région propice aux snobs et au snobisme. C’est très étrange ! Votre consultant juridique a certainement raison. Sans preuve écrite des engagements, il sera difficile de vous défendre et l’agence sera gagnante. Pourquoi vous ne voyez pas la chose du bon côté ? Vous êtes le plus snob de votre rue ! De quoi vous vous plaignez ? Félicitations !

    En conséquence, vous pouvez toujours offrir un de mes cours accélérés à vos voisins les plus proches.  


  •  

    Cher Anton,

    J’aimerais offrir un joli sac à main à ma belle-mère pour son 80ème anniversaire, quelque chose de spécial. Avez-vous une idée ?

    Madame Isabelle L., Meudon

     

    Je comprends : vous voulez devenir sa bru préférée et bluffer vos rivales ! Allez donc jeter un oeil chez Launer & Co à Londres où l’on croise très souvent l’habilleuse d’Elisabeth II. Une des belles-filles de cette dernière, la duchesse de Cornouailles, s’y fournit également. 


  •  

    Dear Mr. Moonen,

    Having just purchased Miljonair magazine for the first time I forthwith ran into an article on you on page 26 (Issue 51). Immediate appeal was the feeling and I have just looked at your site reference. I see that you make references to dog behaviour and training in conjunction with snobbism and think I should tell you that my mother, a woman of certain and decided opinions, frugalities and snobbisms, made a dog snob out of me. I cannot know at this point if your only reference is to behaviour, but feel sure that the issue of breeding lines must play a part in your estimation of a dog’s character, abilities and behaviour.

    Having lived in the Netherlands for 26 years, and tried in various circumstances to explain this aspect of my character and dog preferences to others, I find in you someone whom I feel might understand. What a relief to assume that there is at least one person who feels the way I do. Perhaps you, as I can, can look at a dog or a horse, a watch or a suitcase and see whether it is a quality product or not, and even find that just looking at a quality product gives a feeling of joy and well-being. I do not believe snobbism is a bad thing, nor do I believe that discrimination is bad. I am glad to find that I am not the only person in the Netherlands who thinks so.

    Faithfully,

    Mrs. X, The Netherlands

     

    Thank you for your nice mail! No, you are certainly not alone!!





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique