• Sport snob


  •  

    Le snob-appeal des candidats aux élections présidentielles

     

     

     

     

     

     

     

    Quel est le candidat présidentiel le plus snob ? Lequel parmi eux possède le plus de snob-appeal ? Voici les résultats de notre enquête.

    Marine Le Pen :

    Les + =  Aucun (peut-être un chouia grâce à sa ressemblance avec Eva Péron, grande snob à chaussures, avec qui elle adore être comparée);

    Les - =  Elle est trop populaire : 25% dans les sondages c’est beaucoup, beaucoup trop.  Or le vrai snob ne fait jamais parti ni d’une majorité, ni d’une foule ! Surtout si cette dernière n'est pas raffinée. 

    François Fillon :

    Les + = Il habite un manoir.

    Les - = Les roturiers habitant une demeure seigneuriale ne sont simplement pas crédibles. Du moins il aurait dû (à l’instar du père de Valéry Giscard) s’acheter une particule ! En outre, il est clairement has-been. 

    Emmanuel Macron :

    Les + = Sa vision « dandy » : il aimerait que tous les hommes s’habillent en smoking et deviennent des milliardaires (petit hic : les dandys sont généralement des gens oisifs…)

    Les - = Il a travaillé pour les Rothschild, cette aristocratie de l’argent (foin !) ; il a encore moins de programme que mon lave-linge, qui lui est très snob puisque les étagères de ma buanderie sont remplies de Pléiades.

    Benoît Hamon :

    Les + = Frondeur comme le marquis de Saint-P. qui siffla Marie-Antoinette arrivant à l’Opéra (snobisme révolutionnaire) et sa partenaire qui travaille chez L.V.M.H., bastion du snobisme des grandes marques qui englobe des maisons prestigieuses comme Fendi, Givenchy, Pucci, Loewe, Krug, Chaumet, De Beers ou encore  Royal Van Lent (des yachts).

    Les - = Hélas, il manque Hermès dans la liste précédente. Puis, le couple Hamon n’a jamais fait la couverture ni de Paris Match, ni de Gala, et encore moins de Point-de-Vue Images.

    Jean-Luc Mélenchon :

    Les + : Son snobisme intellectuel (il cite aisément Platon, Antigone, Cyrano de Bergerac, Goethe, Cincinnatus, etc.) et son narcissisme.

    Les - = Son snobisme intellectuel (qui risque de devenir pédant) et son narcissisme qui pourrait se transformer en mégalomanie (snobisme primaire) or en snobisme « platonique » l’autodérision est indispensable…   

     

    Quant aux autres candidats signalons que le snobisme écolo est très tendance (notamment chez les snobs bobos, hipsters, vegans) mais qu’il sera un coup dur pour les snobs à voitures diesel & collection….

     


  • Docteur Snob

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Interview publiée dans Bulles & Millésimes du 6 septembre 2016

    Malgré ses longs cheveux gris et sa voix rocailleuse, le docteur Henry Puget n’est ni un druide ni un gourou. Mais il soigne parfois au champagne. Un coup de froid, un début de grippe, une insomnie, une déprime ? Vous reprendrez bien une petite coupe… 

    « Je ne prescris jamais du champagne à un patient qui vient dans mon cabinet pour la première fois… Sinon, je ne le revois plus ! » Les prescriptions du docteur Puget peuvent, en effet, surprendre. Pourtant, ce généraliste de formation installé à Paris n’est pas vraiment un illuminé. Ancien interne des hôpitaux peut très bien rimer avec spécialiste des recettes de grand-mère ! Le médecin en a même fait plusieurs livres, qui se vendent de plus en plus aux trentenaires, séduits, ces dernières années, par le retour au naturel, à la tradition et aux vertus de l’herboristerie.

    « Derrière un remède de grand-mère, il y a toujours une explication scientifique. Le champagne est riche en oligo-éléments, en sucres complexes, en phosphore. Autant de composants qui diminuent la virulence des toxines », explique Henry Puget.

    Avant d’avoir recours à la médecine classique et uniquement à ses patients fidèles depuis de nombreuses années, le docteur Puget prescrit du champagne. Si les symptômes ressentis s’y prêtent : un état fébrile ou un début de grippe. Dans ces cas-là, suivez l’ordonnance…

    « Verser l’équivalent d’un grand verre de champagne dans une casserole. Y ajouter deux morceaux de sucre. Remuer avec une cuillère en bois. Chauffer. Arrêter quand le breuvage frissonne. Surtout, ne pas le laisser bouillir, au risque d’éliminer certaines enzymes spécifiques. Reverser dans un verre. Laisser refroidir quelques minutes. Boire entre tiède et chaud. Puis au lit avec une bonne couverture. Vous transpirez comme un bœuf toute la nuit et sautez comme un cabri le matin ! »

    Si l’état grippal est pris très tôt, dès la première journée des symptômes, il y a de fortes chances que cette recette au champagne soit efficace. Ce n’est qu’au bout du deuxième ou troisième jour, si cela n’a pas fonctionné, que le docteur Puget suggère de passer aux médicaments classiques.

    Ce matin, Jacques vient voir son médecin traitant, au cabinet situé à quelques centaines de mètres de l’Arc de triomphe, à Paris. Il est devenu inconditionnel des méthodes de grand-mère du docteur Puget. « Avec moi, cela marche à chaque fois que j’ai un début de gros rhume ou de grippe ! Et sans mélange avec un médicament. Mais il faut être réceptif à ce genre de méthode et y croire ! Il y a certainement un côté psychologique. » Et en plus, ce n’est même pas mauvais au goût. « Cela rappelle le verre de vin chaud pris sur les pistes, l’hiver… », poursuit Jacques, décidemment convaincu. Le docteur Puget prend son patient et ami à témoin. « Les gens me croient, je ne suis pas fou ! »

    Pas fou, bien au contraire. La preuve : des producteurs champenois réputés ont contacté le médecin parisien pour avoir confirmation des vertus thérapeutiques du champagne. Mais pas dans le but de s’en servir comme argument publicitaire. « D’ailleurs, ils m’ont expliqué que le fait de mettre en avant les vertus du champagne comme remède à divers maux n’augmenterait les ventes qu’à la marge. Cela n’apporterait donc rien. »

    Verrues 

    Tout commence… par des verrues. Le futur docteur est un gamin d’une dizaine d’années, originaire de Toulouse, qui présente ses mains pleines de verrues à sa grand-mère. Elle y verse un curieux liquide tout en faisant des prières.

    « Au départ, je la prenais pour une folle… Mais elle a fait disparaître mes verrues. Ces souvenirs de ma grand-mère qui me soignait avec des méthodes naturelles m’ont toujours trotté dans la tête. Depuis le début de ma carrière, je pense au recours possible à cette autre médecine… »

    Généraliste, le médecin se spécialise dans la remise en forme et les traitements pour l’augmentation des défenses immunitaires de l’organisme. En mêlant les remèdes ancestraux aux techniques de pointe.

    Pour écrire son premier livre, Mes remèdes de grand-mère, il rencontre des centaines de personnes âgées. Toutes lui racontent une histoire, une expérience vécue dans leur propre enfance avec leurs aïeux, à l’époque où la médecine était un luxe rare et où il fallait se débrouiller autrement. Comment soigner des plaies, des brûlures d’estomac, des rhumatismes ? Il entend de tout. Et notamment… le champagne contre les coups de froids. Champagne ? Tiens, tiens… Étant grand amateur lui-même, il décide de joindre l’utile à l’agréable en testant la méthode. Sur lui d’abord, avant d’en faire profiter ses patients.

    Au fur et à mesure, le champagne devient un des produits phares de la panoplie de « remèdes naturels » du docteur Puget. Car il lui découvre d’autres vertus ! Il est aussi, par exemple, un bon antidépresseur. « La déprime se caractérise par une baisse de la dopamine, un neurotransmetteur du cerveau… Et le champagne stimule justement la dopamine. Il ne s’agit évidemment pas de se saouler mais de prendre un peu de champagne le midi et le soir.» Une carence en fer ? « Le champagne contient des vitamines et des acides organiques qui augmentent la stimulation du fer dans l’organisme. » Insomniaque ? Devinez ce que vous prescrirait le docteur Puget… « Le champagne est riche en fer ionique et en cuivre et donc bon pour soigner l’insomnie. » Et contrairement aux cas d’état grippal, le champagne est dans ces cas-là à consommer tel quel et non réchauffé ou « modifié ».

    Fragile de la gorge, insomniaque, sujet aux petits coups de déprime ? Il suffit donc de posséder une bonne cave ! Et les soins ne sont pas financièrement inabordables : « Les grands crus ne font pas plus d’effet que les bouteilles bon marché ! Le champagne, quelle que soit la marque, est tout simplement l’un des vins les plus énergétiques au monde. »

    Finalement, ce vin synonyme de luxe et de fête ne perd-il pas un peu de son prestige en servant à tout bout de champ de sirop miracle ? « Au contraire, s’insurge le docteur Puget. Cela donne au champagne une nouvelle dimension ! Et en fait une boisson décidément à part… » À l’écouter et à se soigner avec ses remèdes, on pourrait penser que le champagne finira un jour par être remboursé par la Sécurité sociale !


  • Guillotine snob


  • Luther de La Montée Blanche en Hermès...

    Chiens snobs  

     


  • Dictateur snob


  • Enquête snob  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Questionnaire snob par Andrea Bruno Pivato : Flâneur professionnel et amoureux de la beauté et du luxe.

     

    Etes-vous plutôt un snob « positif » (24h/24) ou plutôt un snob « relatif »? 

    A.B.P. : Personnellement, je ne me considère pas comme snob; c’est plutôt à mon entourage de me définir comme tel. Peut-être, je pourrais être un snob "positif". Mais une chose est certaine: je suis une personne très sélective, en particulier en amitié. J'exige, chaque jour, la qualité et l'excellence, à commencer par les petites choses. La quantité ne m’intéresse pas. 

    Est-ce qu’on vous a déjà qualifié de snob ? Comment avez-vous réagi ? 

    A.B.P. : Oui, parfois. J'étais content. Aujourd'hui, dans une société homologuée, médiocre voire trash, être snob, pour moi, c'est un grand privilège. 

    Quel est le snobisme que vous supportez le moins ? Quel genre de  snobs vous évitez ?

    A.B.P. : J'évite les fashion-snobs, les snobs trop conservateurs et traditionalistes, les snobs démocrates, les snobs de la technologie, les parvenues ou les nouveaux riches dépourvus de bon goût et de finesse.

    Quel snobisme vous pratiquez régulièrement ? 

    A.B.P. : Etant une personne polyédrique et éclectique, je cultive de nombreuses passions et de nombreux intérêts. Par conséquent,  je pratique plusieurs snobismes. Le snobisme intellectuel, littéraire, psychologique, anarchiste, philosophique, spirituel, esthétique et musical.  Enfin, je suis un snob à voitures, du cigare, du cosmétique, du design et de l'architecture aussi.

    Qui est selon vous le personnage le plus snob de notre Histoire (mort ou vivant) ?

    A.B.P. : Arthur Schopenhauer (un de mes philosophes préférés), pour sa misanthropie et son pessimisme radical.

    A quel pourcentage estimez-vous vos amis atteints de snobisme ?           

    A.B.P. : A 65%,  pour le moment…

    C’est quoi pour vous le « comble » du snobisme ?

    A.B.P. : Être libre, libertaire et libertin!

    Quel est votre « petit » snobisme à vous ?                                                                                                 

    A.B.P. : Boire un bon cappuccino italien, fumant un excellent cigare cubain ou un Toscano, dans un café littéraire historique et luxueux de la cité.


  •  

    Enquête snob

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Questionnaire snob de Liliane Gonzalez (en exercice de prononciation snob pour la photographie) : Styliste de mode, designer-textile, conception matières et tendances.

     

     

    Etes-vous plutôt une snob « positive » (24h/24) ou plutôt une snob « relative »?

    Assurément, je l’avoue sans honte, je suis snobe. On est snob à 100% ou on ne l’est pas ! Pas de relatif ou de demi-mesure à mon avis. Alors, positif 24h tous les jours ! Comme à vous répondre cher Anton par l’affirmative à ce questionnaire en pleine nuit… Mes insomnies sont snobes aussi !

    Est-ce qu’on vous a déjà qualifié de snob ? Comment avez-vous réagi ?

    Qualifiée de snob ? Je souris d’aise… Bien sûr, et quel souvenir ! J’étais très jeune. Je m’en souviens très bien. Qualifiée par Jacques Chazot dans la cuisine de Madame Ludmilla Tcherina. J’avais un peu moins de 10 ans et on me demanda si je souhaitais boire quelque chose. Par politesse, j’ai accepté un verre d’eau. La cuisinière me le servit dans une sorte d’écuelle. Saisie, j’ai réclamé un verre. « Mais elle est snob cette petite » s’est écrit Jacques Chazot, surgissant. Je ne savais pas vraiment ce que ce mot voulait dire, mais venant de lui, cela ne pouvait être qu’un compliment ! Mon père me l’expliqua, il était un rien snob aussi.

    Quel est le snobisme que vous supportez le moins ? Quel genre de snobs vous évitez ?

    Ce qui m’exaspère le plus, mais je ne sais même pas si je qualifierai de snobisme, pour rester puriste. Je dirais les personnes arrivistes snobs, les nouveaux riches comme les fauchés qui arrivent si bien à se mettre au devant de la scène sans contenu, sans tenue. Ces parasites que j’ai croisé tant de fois et qui pullulent aux défilés de mode des créateurs… 

    Quel snobisme vous pratiquez régulièrement ?

    Au singulier snobisme ? Alors,  j’hésite entre le snobisme intellectuel, « mes » rituels aux livres.  C’est trop intime  pour en dire plus !  Et mon autre snobisme, plus matérialiste, mon besoin de verroterie et de vaisselle classée à chaque moment de la journée. Les personnes qui me connaissent bien anticipent toujours mon addiction.

    Qui est selon vous le personnage le plus snob de notre Histoire (mort ou vivant) ?

    Je suis emportée depuis quelques années maintenant par Chilly Gonzales, un musicien créatif contemporain hors pair. Je vous assure, il est le néo snob ! J’adore quand il arrive sur scène avec sa superbe robe de chambre satinée, brodée à son effigie, en pantoufles, gominé pour mieux se déstructurer à la note, un vrai dandy. Tout de suite, intimement boudoir, une invitation à l’ivresse musicale. Magique !

    A quel pourcentage estimez-vous vos amis atteints de snobisme ?

    Moi et les chiffres ! J’ai comme une incompatibilité persistante. Mes amis ? Pour la plus part sont atteints. D’ailleurs, ils ne seraient pas mes amis.  Comme ma famille, le snobisme est héréditaire !

    C’est quoi pour vous le « comble » du snobisme ? 

    Aller diner chez Schwartz à Montréal ! Anton, venez faire le détour, je vous invite !

    Quel est votre « petit » snobisme à vous ?

    Tout simple : Baguenauder la journée en déshabillé de soie avec une tasse de thé, en porcelaine de préférence de Limoges ancienne fleurie. Mon seul souci, le thé refroidit trop vite.


  • Courbe snob