•  

    Dîner en blanc place des Vosges avec une princesse véridique ; coaching par mon avocat à la Cour préférée (et spécialiste en propriété intellectuelle) pour un compte "snoblissime" sur "Twitter"; consultation privée chez le conseiller culturel du Pape pour vos prochaines vacances bavaroises (voire article "cadavres snobs"); un thé au St. James et un apéritif place St. Sulpice avec la conservatrice de l’impératrice du Japon ; dîner-anniversaire ultra mondain chez la directeur du mécénat de la Comédie-Française ; séance brainstorming avec mon petit architecte d’intérieur pour choisir le papier peint de la tête de lit (finalement, j’ai trouvé mon bonheur chez Hermès) ; faire des recherches sur Charlotte de Belgique et Maximilien d’Autriche pour un éditeur de livres de tables de salon ; et, last but certainly not least : écrire des billets pour ce blog afin de vous divertir et vous informer des derniers snobismes, car vous êtes de plus en plus nombreux, surtout en Ukraine, en Corée du Sud et au Japon ! 

    Certes, considérant mon agenda de ces derniers jours, je mérite amplement ma place au panthéon des snobs, mais il en résulte également une grande mollesse !  Vivement le week-end et les siestes !

    Singulièrement vôtre

    anton@snoblissime.com


  •  

    Vendredi soir, alors que Luka Rocco Magnotta (ce Canadien de 29 ans en fuite, soupçonné d'avoir tué avec un pic à glace et dépecé un étudiant chinois à Montréal), rôdait dans les quartiers bobos du XVIIème , je me suis rendu – avec quelques amis « élus, choisis et triés comme beaux pois sur le volet"- à une soirée dégustation champagne et foie gras chez Lady 1000 Bulles (www.lady1000bulles.com).

    A priori celui qui Le Point désigne comme « ennemi public numéro un » n’y était pas ce soir-là, cela dit, il s’était peut-être déguisé ou il y est allé la veille ou le lendemain, c’est fort probable. Bref : nous l’avons échappé belle !

    Cette semaine, nous nous apprêtons à nous inscrire à un goûter organisé par une épicerie fine tenue par des Corses, toujours dans le coin bobo du XVIIème, afin de partager leur passion de la charcuterie et du tomme brebis. Peur d’un risque d’attentat?  Voyons ! Après l’expérience Lady 1000 Bulles, nous sommes blasés ! Le Front de libération nationale de la Corse a revendiqué une vingtaine d'attentats visant des résidences secondaires ?  Justement, mon amie me signale que ladite épicerie fournit également des plateaux à emporter chez soi et qu’un bon nombre de sites proposent de vous envoyer un panier corse « dégustation »  à domicile… 

    Indubitablement : être snob devient de plus en plus téméraire…

    Singulièrement vôtre, 

    Anton@Snoblissime.com


  •  

    Hier soir, j’étais invité au Salon d’Honneur du Grand Palais pour y voir Peer Gynt d’Henrik Ibsen par les acteurs de la Comédie Française. Ce « poème dramatique » retrace la vie perturbée d’un Norvégien aux origines rurales, un peu mythomane - on l’appelle « prince des mensonges » et il veut devenir « empereur » -  qui est même prêt à faire la cour à la fille du roi des trolls (dont la devise est « Suffis-toi toi-même ») afin d’hériter du royaume de celui-ci. Une foule de personnages excités, insensés et fascinants croisent ce curieux parvenu pendant sa quête d’identité.

    En effet : qu’est-ce qu’être soi-même ? Selon mon éditrice, il suffit de lire mon Petit Bréviaire : « Une fois refermé le Bréviaire (...), le lecteur n’aura plus aucune excuse : il saura tout ce qu’il convient de savoir pour être un snob achevé mais aussi, et surtout, pour être lui-même. »

    Soit ! Que vous soyez un snob à théâtre ou pas, allez voir cette pièce, elle est magnifique, surprenante, jamais ennuyeuse malgré sa durée (4h45 avec deux entractes). Les fashion-victims y trouveront également leur compte car les costumes (sublimes) sont griffés Christian Lacroix.

    Singulièrement vôtre,

    anton@snoblissime.com


  •  

    Ayez une pensée demain pour ces millions de pauvres muguets sauvagement arrachés à leur environnement natal, uniquement parce que vous souhaitez commémorer cette activité qui nous mène tout droit à une position semblable à celle des gens, des machines et même de certains animaux !

    Parce que le travail va devenir une rareté, diront certains snobs amateurs de curiosités. De surcroît, selon le président sortant, il y a déjà une quantité d'imitations sur le marché. Mais est-ce une raison suffisante pour brandir des drapeaux et pour hurler dans la rue tel un bande de gueux obstinés ?

    Demain, soyez snob: soit trotskiste de salon, soit ultra-royaliste écolo (selon mon petit doigt les deux prochaines tendances à suivre)! Ne fêtez pas le premier mai ! Boycottez-le ! 

    Singulièrement vôtre,

    anton@snoblissime.com


  •  

    Hier, je vous faisais encore de la publicité pour les stylos Montblanc, aujourd’hui c’est plutôt un produit du terroir qui m’occupe. Ce qui nous prouve une nouvelle fois que le snobisme est vraiment partout! Vous l’avez peut-être déjà vue à la télévision, cette publicité pour une pomme de terre nommée « Princesse Amandine » ? Franchement - et je ne suis ni un spécialiste en têtes couronnées ni en patates comme Stéphane Bern - mais personnellement, j’aurais choisi un nom un peu plus crédible. Amandine ? La seule aristocrate portant ce nom est George Sand, alias la baronne Dudevant qui était totalement roturière du côté de sa maman et plutôt noble du côté de son père. Pour les puristes : elle était l’arrière petite-fille de Maurice de Saxe, qui lui était un bâtard du roi Auguste II de Pologne et de sa maîtresse Gräfin Aurora von Königsmarck, qui elle était issue d’une famille remontant au XIIIème qui vit – grâce aux relations de la dame en question - son siècle d’or au XVIIème. Songez un instant à toutes ces filles malheureuses qui s'appellent Amandine, assimilées pour toujours à un tubercule? Mais où ont-ils la tête, ces inventeurs de nouvelles sources de glucides ? Néanmoins, « Comtesse allemande » aurait été impeccable pour une Kartoffel…

    « Digne héritière d’un croisement entre les variétés Charlotte et Marianna », dit le faire-part. Ah !voilà pourquoi elle s’appelle Amandine! Parce que c’est une patate éprouvette ! Des princesses, des reines et même des impératrices nommées Charlotte, il y en a à foison : Charlotte de Mecklembourg-Strelitz (qui donna son nom au fameux dessert), Charlotte de Prusse (tsarine de Russie), Charlotte de Belgique (impératrice du Mexique), Charlotte de Hanovre, Charlotte de Luxembourg, etc. etc. Quant à Marianna, c’est moins courant, même inexistant : aucune Marianna dans le bottin mondain. Seulement une princesse néerlandaise Marianne van Oranje-Nassau (qui, au demeurant, mena au XIXème une vie légèrement rebelle et scandaleuse) et un yacht Princess Mariana de fabrication danoise pour un millionnaire mexicain. Ou est-ce qu’il y a un lien avec  LA Marianne, celle qui incarne la République et le peuple (au demeurant grand consommateur de pommes de terre), surnommée La Gueuse par les monarchistes ?

    Soit ! Vous ne trouvez pas révoltant, qu’un établisssement puisse anoblir un produit aussi brut qu’une patate sans qu’une instance (moi par exemple) y veille ?  Puis, qui nous prouve que toutes ces Amandines, Charlottes et Mariannes étaient vraiment des amatrices de pommes de terre ? Et comment supportent-elles la transformation en simples pommes Duchesse ? Or le  site de cette « future reine » nous propose des dizaines de recettes faussement anoblies comme  « Salade Thaï de Princesse Amandine », « Cocotte de poulet aux Princesse Amandine,  « Gratin de Princesse Amandine», « Princesse Amandine sablée au canard » ou un « Fondant de Princesse Amandine ».

    Et pour quand une Constipation de Princesse Amandine?! Très snob, non? 

    Singulièrement vôtre,

    Anton@snoblissime.com


  •  

    Mildred, ma ravissante éducatrice en diététique anti-âge, en congrès à Monaco, m’apprend que les Thermes Marins de Monte-Carlo sont désormais envahis par des nouveaux riches russes obèses et leurs rejetons impertinents qui s’y comportent comme s’ils en étaient les propriétaires…. Mais où est donc passé le charme slave ? Poutine nous avait pourtant garanti qu’il allait éduquer ses compatriotes tel un Pygmalion et créer une nouvelle aristocratie russe ! Que des paroles ! Il va falloir plusieurs générations pour faire disparaître les désordres psychiques laissés par la dictature ouvrière. Pas besoin de s’appeler Freud ou Einstein pour savoir qu’une telle promesse était naïve et même très inquiétante de la part d’un homme d’état.

    Et en France, qui oserait ajouter cet objectif audacieux à son programme: Chasser la vulgarité et l’impolitesse ?  Ensuite, évidemment, il faudra nationaliser Hermès, Cartier, L’Oréal, Prada, Petrossian, Vogue, la Grande Épicerie, notre Veuve champenoise (Louis Roederer, Krug & co aussi), Colette; faire classer tout le faubourg Saint Honoré en monument historique, abolir les secondes classes et les classes « touristes », interdire l’importation chinoise, la télé « réalité », le mobilier de jardin plastique, les concerts d’André Rieu,… Pour sûr : le nouveau président snob ne chômera pas ! 

    En attendant ces jours meilleurs: Joyeuses Pâques!

    Singulièrement vôtre,

    Anton@snoblissime.com


  •  

    Pendant mon absence, j’ai reçu plusieurs messages de personnes inquiètes et d’autres seulement curieuses : « Mais ! Où êtes-vous ? » ou encore « Votre silence nous pèse ! ». Les uns étaient encore plus insolents que les autres. Mais où voulez-vous que je sois !? Au TEFAF bien sûr ! D’ailleurs, je ne vous ai point vu, mes chers lecteurs, à cette foire ultra-mondaine d’art et d’antiquités…… En plus : cette année, la foire fête son 25ème anniversaire, le silver jubilee ! Votre absence est impardonnable. À mon avis, il est préférable que vous vous priviez pendant quelques semaines de toute activité sociale afin de ne pas vous trouver dans le besoin de répondre à des questions embrassantes du style « Qu’avez-vous pensé du TEFAF cette année ? » où « Où vous étiez logé pendant le TEFAF ? ».  Je peux éventuellement vous servir d’alibi ; dire par exemple que je vous ai rencontré à tel ou tel stand ou tel ou tel cocktail. Mais, je vous préviens : je coûte terriblement cher !

    Singulièrement vôtre,

    Anton@snoblissime.com


  •  

    Les chers lecteurs de mes périples ont certainement déjà constaté : je ne suis pas de ceux qui aiment perdre leur temps avec des activités physiques. Disons, que je n’en raffole pas. Et certainement pas en grand comité. D’ailleurs, je vous soupçonne tous dans une station de ski!! Peuh ! Pauvres malheureux ! J’en ai visité une, une station de ski, alors que vous étiez encore en plein besogne. C’était le premier sport d'hiver de ma vie. C’était horrible ! Même hors-saison. Franchement, ce qui j'ai vu, c’était du Hieronymus Bosch ! Imaginez! Après trois ou quatre coups d’un grand Roederer ! Ca pourrait vraiment se terminer dans un "very bad trip" comme disait jadis la jeunesse snob des seventies. Bien entendu, mes amies (fourrées dans les plus belles peaux de bestioles que la nature nous offre) et moi, nous ne sommes pas restés très longtemps. C'était notre sortie du Dimanche. Une des mes accompagnatrices possède un délicieux chalet à une vingtaine de kilomètres de ces lieux de débauche. Un chalet vraiment sublime! Dans un petit hameau authentique, avec des vrais gens du terroir et un vrai ruisseau qui traverse le jardin, en bas d'une colline boisée où chassaient naguère les Dauphins de France: un chalet qui a fait la couverture d'un magazine d'intérieur de grande renommé! Un snob-appeal de dingue! Ca nous a fait un bien fou, après ce qu'on venait de voir!  

    Puis, vous ne saviez donc pas ? Pardi ! Le nouveau penchant, le dernier snobisme sportif ! Même moi, j’en ai fait, dimanche dernier, avec deux coachs charmants (et très privés évidement!) au Bois de Boulogne. Certes, il y a incontestablement deux, trois endroits du Bois qui laissent à désirer, mais bon, que voulez-vous : apparemment c’est très tendance de se mouvoir parmi le peuple. Dans le monde politique, ça fait même super chic !

    Alors qu’elle est cette nouvelle mode mystérieuse? C’est la marche nordique ou nordic walking pour les anglo-snobs! Dépêchez-vous ! Vous êtes encore si peu nombreux ! Je vous assure, qu’elle ne durera pas longtemps, cette connivence douce entre quelques exceptions humaines. Faites vite afin de pouvoir affirmer négligemment que vous étiez parmi les premiers à la pratiquer ! Fâcheusement, c’est un sport qui nécessite que peu d’accessoires. Des bâtons, c’est tout. Mais par chance, il y a des sacs pour bâtons aussi. Il est donc tout à fait envisageable que Louis Vuitton ou la Maison Hermès en fabriquent bientôt. Ouf ! Nous voilà sauvés ! Vite, il faut absolument que vous soyez parmi les premiers ! Faites-vous plagier par les masses ! C’est tellement bon de pouvoir les snober par la suite ! L’imitation, c’est la plus exquise de toutes les flatteries : elle a le mérite d’être sincère ! Il en est de même dans le monde animal : il y a des lièvres et il y a des visons !

    Je vous souhaite une belle semaine,

    Singulièrement vôtre,

    Anton@snoblissime.com


  •  

    Diantre ! Après avoir consenti que l’Europe s’américanise effrontément et se fasse envahir par McDonald’s, Starbucks, Pepsi, Domino’s Pizza et des centaines d’autres organisations ou attitudes qui menacent nos cultures traditionnelles, aujourd’hui, nos chers politiciens semblent vouloir nous imposer le modèle chinois ! Ce sera, je vous l’assure, définitivement le coup fatal au snobisme, the kiss of death comme disent les Anglais. Il n’y a pas une âme sensible dans votre joli pays qui songe enfin à fonder un parti politique ultra snob afin de nous sauver d’un tel destin? Un noble d’esprit qui dédaigne et méprise tous ces dirigeants et comportements médiocres qui nous entourent et épouvantent, capable de défendre votre dignité et vos valeurs ? Quelqu’un dont le seul but est de rehausser le niveau et la qualité de vos vies ?

    Moi ?! Mais voyons, je ne suis pas Français ! Demander la nationalité française ? Vous plaisantez, j’espère ! Je n’ai pas envie d’être moqué comme la candidate des écolos ! Puis, non merci, je tiens trop à mon triple A ! Madame de Rothschild ? Je ne pense pas que ce soit un excellent choix : « Comment vit-on avec peu d’argent ? Mal, très mal. Y a-t-il un savoir-vivre quand on est démuni ? Non, il y a un savoir-survivre », lit-on dans son œuvre Le Bonheur de séduire et cela est, toujours selon notre baronne, plutôt une affaire de l’abbé Pierre et des organismes caritatifs. Il faut toutefois reconnaître, que son cynisme ingénu fait d’elle une politicienne prometteuse…

    Singulièrement vôtre, 

    Anton@snoblissime.com


  • Pendant que Marine Le Pen valsait avec Martin Graf au plus grand palais impérial de Vienne (la Hofburg), moi – snobisme oblige -  j’ai contemplé Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos (à mon avis un des plus beaux textes de la littérature française) mises en scène par John Malkovich  au Théâtre de l’Atelier. La représentation était intéressante, même si l’utilisation de certains accessoires - tels un téléphone portable et un Ipad - me semblait totalement superflue. Par ailleurs, le spectacle dure 2h40, ainsi je vous conseille d’éviter les sièges étroits des balcons, surtout aux personnes qui mesurent plus d’un 1m75. De surcroît, il y fait une chaleur épouvantable : on s’y croit au poulailler.

    Les snobs à design visiteront la Cité de la céramique à Sèvres au bords de la Seine et son exposition L'usage des jours, 365 objets en céramique, conçus par le designer Guillaume Bardet. C’est un véritable régal ! Enfin autre chose que ces éternels Starck, Putman et compagnie! Je vous la conseille vivement !

    Mercredi prochain, je suis invité par Frédéric Mitterrand à l’inauguration de l’exposition Trompe L’œil aux Arts Décoratifs. Une exposition essentielle je dirais, car où serait le snobisme sans les imitations, les pastiches et autres illusions ? Vous n’avez pas reçu d’invitation ? Ne soyez pas offusqué : l’exposition dure jusqu'à novembre 2013 !

    Malheureusement, et je le regrette sincèrement, je ne peux assister à l’ouverture de Miniartextil jeudi prochain à la mairie de Montrouge : une exposition très originale, créée à Côme en Italie, - pour son unique passage en France – qui réunit plus d'une cinquantaine de créations miniatures en textile d'artistes contemporains du monde entier jusqu’au 24 février. Car je serai en route vers le Dauphiné où une baronne du cru m’attend de pied ferme dans son chalet ravissant. 

    Singulièrement vôtre,

    Anton@snoblissime.com





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique