• Interview snob Pascale Baudin de Saint Quentin,Créatrice de la marque Aÿsse Paris : www.aysse.com (voir notre publicité du 9 mars 2015 : cosmétique snob).

     

    Etes-vous snob ?

    P.B.d.S.Q. : Je ne peux être snob, reprenant l’étymologie du terme qui signifie « sans noblesse ». Et je suis baronne….snif !

     

    Est-ce qu’on vous a déjà qualifié de snob ? Comment avez-vous réagi ?

    P.B.d.S.Q. : Oh oui bien sûr et j’en étais très, très fière.

     

    Quel est le snobisme que vous supportez le moins ? Quel genre de snobs vous évitez 

    P.B.d.S.Q. : La fausse élégance. Les imbéciles.

     

    Quel snobisme vous pratiquez régulièrement ?

    P.B.d.S.Q. : Le snobisme du champagne. Du champagne sinon rien !

     

    Qui est selon vous le personnage le plus snob de notre Histoire (mort ou vivant)?

    P.B.d.S.Q. : Ken (le fiancé de Barbie).

     

    A combien estimez-vous le pourcentage de vos amis qui sont snobs ?

    P.B.d.S.Q. : Au moins 50%...

     

    C’est quoi pour vous le « comble » du snobisme ?

    P.B.d.S.Q. : Je citerais Boris Vian « …et quand je serai mort, je veux un suaire de chez Dior ».

     

    Quel est votre « petit » snobisme à vous ?

    P.B.d.S.Q. : Une coupe de champagne dans mon bain.

     


  •  

    Vous manquez d'inspiration pour le déjeuner, le goûter, le dîner ou le brunch pascal?

    Pas de panique ! Que diriez-vous de délicieux Oeufs mollets à la Reine, de Brioches au foie gras à la Duchesse (un régal), de Poussins farcis à la Marquis de Sade (une tuerie), de Côtelettes d'agneau à la Maharadja (fondantes) ou encore d'un succulent Blin des Tsars?

    Snoblissime vous offre ces quelques suggestions très souveraines, profusément snobs et thématiques !Toutes  ces recettes sont disponibles dans la rubrique "recettes snobs". 

    Quant aux oeufs en chocolat, sachez que Galler et Godiva sont les chocolatiers de la Cour Royale de Belgique.

    Joyeuses Pâques à vous tous !  


  •  

    A l'occasion d'un salon canin britannique, la société coréenne Samsung a présenté sa Dream Doghouse, une niche très luxe qui peut éventuellement se transformer en une piscine de balnéothérapie, avec un tapis roulant intégré (avec gazon synthétique), une tablette (avec vidéos adaptées) et un distributeur automatique de croquettes. En effet, le rêve de tout chien ! 

     



  •  

    Aujourd’hui, afin de pleurer la fin de l’hiver (naturellement pour des raisons éthiques et esthétiques je favorise la froideur et je prie d’ailleurs les saints de glace pour le retour d’une vague de froid, d’un froid de tous les diables à nous marbrer la peau), j’ai mis - outre un cachemire très understated (un vieil Hermès troué) et mes bottines de couleur « lichen »* (Dries van Noten ) - mon pantalon en peaux de biches, fait sur mesure dans un petit atelier sur les bords du lac de Starnberg, à seulement quelques pas de l’endroit où on a découvert le corps inanimé de Louis II de Bavière. Or je suis prêt pour l’éclipse totale ! 

    *= référence Farrow & Ball

     



  • Cher Anton,

    Merci de m'avoir accordé cette place dans votre site Snoblissime, votre page web est un véritable traité d'études sociaux. 

    Le Ministère de l'Éducation Nationale doit sans faute et sans tarder se pencher dessus pour offrir un avenir plus Proustien aux enfants de la nation.

    Igor Micelli 


  •  

    Enquête snob : Igor Micelli, compositeur et flâneur.

    Etes-vous snob ? Si oui, plutôt un snob « positif » (24h/24) ou plutôt « relatif » (à certaines occasions, si oui lesquelles) ?

    I.M. : Absolument! Et j'ose même dire que mon snobisme est à l'origine d'un TOC (trouble obsessionnel compulsif) « vendredi ». Par exemple, si je bois du Perrier-Jouët un vendredi, il faut que ce soit en cristal de Bohème, mais si je le bois un lundi, pour une question d'austérité, j’opterai pour du Baccarat épais. Il en est de même pour l'habillage ou l'organisation de mon agenda : le vendredi tout est plus solennel. Le snobisme est une sorte de cage dorée Boucheron avec des pierres des Indes orientales et fourrée de soie de Chine brodée au fil d'or afghan. Parfois elle est trop dorée, j’ajouterais alors un élément en bois tempéré de culture équitable suédoise afin qu’elle soit plus modérée.

    Est-ce qu’on vous a déjà qualifié de snob ? Comment avez-vous réagi ?

    I.M. : Je me suis toujours senti snob, sans le savoir : c'était à l'âge de 15 ans, au lycée, lors d'un cours de mathématiques, si je me souviens bien, j'écrivais une poésie dadaïste, et je tenais ma main levée de façon délicate, comme pour avoir une connexion mystique avec Tristan Tzara et Kurt Schwitters. A ce moment-là, un élève assis derrière moi, en me voyant, me posa la question suivante: "Igor, es-tu un snob?". Je ne savais pas vraiment ce que cela signifiait. Il m'a dit que c’était la manière de tenir mes mains. En conséquence, je lui ai répondu: "Oui, je crois." Depuis ce jour j'ai une identité : me voilà rassuré.

    Quel est le snobisme que vous supportez le moins ? Quel genre de snobs vous évitez ?

    I.M. : Ce serait le snob bling-bling, celui que je ne supporte le moins voire point du tout! Je ne le considère pas vraiment comme un snob, mais plutôt comme un innocent, un sot ; ou comme évoqué par le personnage de Fanny Ardent dans le film "Ridicule" de Patrice Leconte: « Nous sommes trop à table ce soir, il nous faudrait un joli ridicule parmi nous pour nous égayer. » Donc il ne rentre pas dans le modèle du snob. Quant aux hipsters ou bobos : j'aime les haïr. Toutefois, chaque snob cache un petit côté hipster (dans les bonnes propositions, bien entendu). Un type de snob qui m'agace profondément est le snob sans gluten : un nouveau spécimen dans la faune urbaine contemporaine. Il possède le pire du nouveau riche et du hipster avec une pincée de prêcheur biblique, une sorte de Messie du paradis de la cuisine équitable. 

    Quel snobisme vous pratiquez régulièrement? 

    I.M. : J’en pratique plusieurs, voyons! Je suis une personne sujette au TOC snob !

    Qui est selon vous le personnage le plus snob de notre Histoire (mort ou vivant)? 

    I.M. : Stephen Fry et/ou Oscar Wilde (de toute façon les deux sont la même personne). 

    A combien estimez-vous le pourcentage de vos amis qui sont snobs? 

    I.M. : Très haute, je ne saurais pas dire exactement combien. D’ailleurs, il se peut que ce soit moi qui cherche à être entouré constamment de snobs et de leurs amis, et que peut-être ils ne soient pas forcément tous à la hauteur du snobisme lui-même. Ce qui est certain : je suis très éclectique quant à mes fréquentations. Ainsi chaque personne qui en fait partie possède un snobisme tout particulier. 

    C’est quoi pour vous le « comble » du snobisme ? 

    I.M. : S'auto-snober est le comble du snobisme à mon avis, mais aussi le nirvâna du snobisme. Je compare beaucoup le snobisme à un autre "isme", le bouddhisme, car les deux prient l'abandon de soi. 

    Quel est votre « petit » snobisme à vous ?

    I.M.: Écouter du Justin Bieber dans mon boudoir, habillé d'un kimono japonais avec des éventails brodés et en mangeant des Raffaello tout en m'adonnant aux plaisirs solitaires que cette musique puisse proportionner.

     


  •  

    Coucou Anton
    Je ne peux pas ne pas penser a toi en écoutant Enthoven parler de son livre!!!
    Tu étais précurseur


  •  

    Ingrédients :              

    Pour le gâteau: 6 œufs, 150 g de sucre en poudre, 1 c à c de zeste d’orange râpe, 150 g d’amandes en poudre

    Pour le sabayon : 1 c à s de gélatine en poudre, 3 c à s d’eau, 300 ml de crème fraiche fluide bien froide, 2 c à s de rhum ambré, 4 jaunes d’œufs, 125 g de sucre en poudre, 150 ml de vin blanc doux (hongrois)

    Pour le décor : 200 ml de crème bien froide battue en chantilly, 125 g d’amandes effilées grillées, 2 c à s de sucre glace, 25 raisins blancs givrés, 1 blanc d'oeuf, du sucre semoule

    Commencez par préparer les raisins du décor afin qu’ils aient le temps de sécher. Trempez dans du blanc d’œuf puis dans du sucre en poudre et laissez sécher sur papier. Réservez deux  cuillères à soupe de sucre. Fouettez quatre jaunes, les 2 œufs entiers et le zeste d’orange avec le reste de sucre, jusqu’au ruban. Ajoutez peu à peu la poudre d’amandes. Fouettez les blancs en neige ferme en ajoutant à la fin le sucre réservé. Incorporez délicatement au mélange précédent. Versez dans un moule de 23/24 cm de diamètre avec papier cuisson dans le fond et les bords beurrés. Faites cuire pendant 45 mn à 165°. Laissez refroidir pendant cinq minutes puis retournez le gâteau sur une grille. Laissez refroidir et enlevez le papier. Coupez le gâteau en deux dans l’épaisseur et placez l’un des deux disques dans un moule de 22 cm.

    Faites tremper la gélatine pendant cinq minutes dans l’eau puis chauffez-la au bain-marie jusqu’à ce que le liquide devienne transparent. Laissez refroidir. Fouettez la crème en chantilly, avec le rhum. Réservez. Battez les jaunes avec le sucre au ruban. Ajoutez le vin. Continuez à battre en chauffant au bain-marie jusqu’à une consistance mousseuse. Là, arrêtez le feu et continuer à battre pour épaissir. Placez le récipient dans de l’eau glacée, sans cesser de fouetter, jusqu’au ruban. Incorporez la gélatine en mélangeant doucement puis incorporer la chantilly.

    Étendez les trois quarts du sabayon sur la base du gâteau. Posez le second disque dessus et étalez le reste de la crème en surface ; arasez avec une spatule. Mettez au frais pour 3 à 4 heures. 

    Posez le gâteau sur le plat de service. Enduisez de chantilly et faites adhérer les amandes effilées grillées sur le pourtour. Quadrillez la surface et saupoudrez de sucre glace. Déposez des plots de chantilly sur le pourtour ou creuser des petits trous sur le sabayon pour y déposer les grains de raisin. Déposez sur chaque plot un raisin givré.