• J’ai beau avoir une adresse mail extrêmement snob (anton@snoblissime.com), afin de me protéger contre toute espèce de virus…  Pourtant : regardez ce que je trouve à l’instant dans ma boîte… Cette immonde Damidot vantant un poêle ! Je suis sidéré ! Elle se prend pour la duchesse d'York ? Je rêve ! 

     

    Sidération snob



  •  

    Dictionnaires snobs

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Pour nos voyageurs snobs: voici quelques traductions des mots "snob" ou "snobisme"...

     

    En arabe : تأبهتكبّرتَكَبُّر على أفراد الطَّبَقَة الإجْتِماعِيَّهتَكَبُّر، إزْدِهاء 

    En chinois : 势利势利行为利行 

    En finlandais : hienostelukeikarointisnobismihienostelevuushienostelunhalu 

    En islandais : snobbsnobbháttur 

    En turc : züppelik 

    En hindi : अभिमानवर्गदंभता 

    En russe : снобизм 

    En perse : افاده فروشيافاده آميزي 

    En vietnamien : đc trưng ca k trưởng gitrưởng gi hc làm sang 

    En japonais : どりスノビズム俗物根性 

    En grec : κενοδοξίασνομπισμόςυπεροψίαξιπασιά 

    En hébreu : סְנוֹבִּיוּת 


  • Festival SNOB


  •  

    Robots snobs

     

     

     

     

     

     

     

    Sarah, duchesse d’York relance sa carrière aux Etats-Unis où elle connaît un certain succès vantant les mérites de matériel de cuisine pour des préparations de cocktails énergisants et amaigrissants. L’ex-épouse du prince Andrew, avait après son divorce, dû se lancer sur le monde du travail et principalement dans la publicité et les relations publiques pour pouvoir éponger ses nombreuses dettes et assurer son train de vie.

    La duchesse avait connu au gré des années le meilleur et le pire. Sa collaboration avec « Weight Watchers » lui avait permis d’assurer une belle stabilité financière mais Sarah avait ensuite créé sa propre société qui avait fini par faire faillite, la mettant à nouveau en grandes difficultés. C’est pour cette raison qu’elle continue encore à habiter à Royal Lodge dans le domaine du prince Andrew.

    Aujourd’hui, le vent semble à nouveau favorable et Sarah se partage désormais entre les Etats-Unis et un pied-à-terre dans le cossu quartier de Belgravia à Londres.

    (Source : The Daily Mail)

     


  • En vente chez YOK (my favorite shop!) 

    Pour bike-snobs et snobs à vin !


  • Philanthropie snob

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

    Comment ça ?! Des publications « irrégulières » ? Pensez-vous que j’ai réellement le temps et le goût à penser à vous d’une manière ponctuelle ? C'est quoi cette vilaine obsession  bourgeoise de la régularité ? C’est terriblement middle class ! Etes-vous vraiment snob ? Posez-vous la question, car cela m’inquiète, au lieu d’accuser mon penchant pour l’indolence ! La rentrée vient à peine de commencer !

    Mon blog par contre est de plus en plus snob. Aujourd’hui j’y ai aperçu une publicité pour un spa à cinq étoiles, ses villas et suites très chics et extrêmement couteux sur l’île Maurice. Comme on les aime !

    Je lègue, au demeurant, toute la recette de ces publicités aux bons œuvres. Certes, j’aurais préféré avoir mon propre quartier de pauvres ou asile de réfugiés à moi (avec un chauffeur pour m’y déposer avec quelques friandises locales et couvertures en pure laine vierge), ce serait du plus bel effet, mais bon, de nos jours, avec toutes ces célébrités de moindre importance (auxquelles je ne veux nullement être associé) à la quête de gratitude, je constate que l’incognito et l’anonymat sont plus snobs.

    Estimez-vous donc heureux de pouvoir me lire « irrégulièrement ».

    Singulièrement vôtre, 

    anton@snoblissime.com 

    PS : le tableau qui s’appelle « Philanthropes » est de Vladimir Egorovitch Makovski,

     


  • Stéphane Bern démasqué !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Il y a quelques instants : je tape « Agnès Sorel » sur Google, à la recherche d’images pour un nouveau livre, et – à part les portraits clichés et lassants de la Dame en question– une douzaine de photos de Stéphane Bern ! Qui est  donc le débile de Google qui a commit cette erreur ? Légèrement énervé, je tape « marquise de Pompadour ».  Et là, si vous me croyez ou pas, de nouveau, je trouve une quantité d’images de lui parmi les peintures de Madame Poisson! Je ne peux résister et tente avec « Madame de Maintenon »… Pareille ! Ce ne peut être une simple erreur de la part d’un ouvrier américain… Il a du recevoir des ordres… Mais de qui ? Il y a matière à devenir paranoïaque, vous ne trouvez pas ? Le premier suspect est évidemment Stéphane Bern lui-même. Moi, personnellement, cela ne m’étonnera pas de lui. Se faire passer pour une maîtresse royale ! Pff !


  • Snobisme in Nederland

     

     

     

     

     

     

      

     

    Wanneer Nederlanders pretenderen dat ze allesbehalve snobs zijn en een snobistische leefstijl verfoeien, dan denk ik steeds: Nou dat is dan jammer voor je, want kijk eens naar de Gouden Eeuw toen het krioelde van snobs (nieuwe rijken en patriciërs die een soort ersatz adel waren) in de Lage Landen en  toen stond ons land er economisch en cultureel toch een beetje beter voor. Ken je geschiedenis !

    Net als François Hollande wil iedere Nederlander “normaal” zijn. Dat is op zich niet bepaald een nobel streven maar volgens kenners hebben we die degout aan een calvinistische achtergrond te danken, dat opvallen en prestige taboe zijn, wat op den duur toch zeer frustrerend moet zijn.  Waarom eigenlijk: ik dacht dat we juist tolerant waren? Kijk hoe miserabel Frankrijk ervoor staat, met een “normale” president! 

    Afijn! Culinaire snobs zijn we ook überhaupt niet vanwege onze frites-mayonaise-cultuur, alhoewel dit snobisme – Godzijdank - de laatste jaren sterk heeft toegenomen. In zijn werk The Book of Snobs noemt de auteur William Thackeray de “Royal Snob”.  Deze snob is verzot op adellijke titels. Daarmee bedoel ik niet zo zeer de Oranjes zelf wiens voorvaderen oorspronkelijk doodgewone graven waren, vervolgens een (Franse) prinsentitel erfden en toen (merci Napoleon) zich koning mochten noemen. Stel je voor, die hadden als lijfspreuk: “Doe maar normaal”? Dan hadden ze het beslist nooit zo ver geschopt.

    Nee, ongeacht dit streven naar titels en aanzien (wat in feite de kwintessens  van het fenomeen snobisme is), zijn de “koninklijke” snobs volgens Thacheray eerder zij die met hem dwepen en hem flatteren, nooit de koning zelf. Lodewijk de XIV was voor hem DE koning van de Snobs.  Willem-Alexander is - begrijpelijk - een beginneling, een “grand” debutant, vergeleken bij de Zonnekoning. Een snobkoning zal hij nooit worden. Alleen op Koningsdag dan een beetje.

    “Je maintiendrai”, besluit ik dus maar.


  • Snobismes naturels

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tout snob a en horreur les ersatz et les imitations, les bibelots et autres produits fabriqués en masse (en des matières pas nobles !) pour une foule insipide, qui arrivent – de surcroit en container - de pays tels la Chine. Tout le monde sait que ces industries-là sont des plus polluantes et que leurs articles créent des tonnes de déchets.  Car ce n’est pas le gaspillage pratiqué par encore quelques nouveaux riches et « arrivés » mais la consommation inutile des souches populaires de notre peuple qui pose problème.  

    De nos jours le snobisme bio est – certes - en chute : légumes et autres denrées issus de culture biologique sont désormais en vente dans les grandes surfaces, ces temples de la consommation stupide et collective, du lavage du cerveau et de la pollution visuelle. Or la bataille des plus dandys parmi les snobs a toujours été une bataille contre la laideur, qu’elle soit matérielle ou humaine.

    Snobisme et écologisme sont donc fortement compatibles.  Et  Karl Lagerfeld, roi des snobs et créateur d’un manteau fait d’un une soixantaine de zibelines d’un mètre de long dont chaque poil a été recouvert d’argent et qui vaut un peu plus qu’un million de dollars ? L’utilisation de la fourrure reste effectivement un sujet délicat. Certes, il aurait pu épiler quelques cochons d’Inde de Jardiland ou sa chatte chérie. L’art a toujours demandé quelque sacrifice. Enfin, encore une bonne chose que cette pelisse soit si couteuse : je ne pense vraiment pas – considérant le changement climatique, la crise et la chaleur déjà épouvantable qu’il fait chez les émirs arabes – que Sa Majesté en vendra beaucoup.

    Snobisme oblige, me diriez-vous.