•  

    Théâtre littéraire Le Verbe Fou

    95, rue des Infirmières

    84000 Avignon

    Téléphone réservation : 04 90 85 29 90

    Les 12 et 19 juillet à 14h55 :

    « Petit Bréviaire du Snobisme » d’Antonius Moonen

    Lecture de Natacha Amal

    « J'ai rarement lu un ouvrage aussi libérateur, forcément drôle, et qui soit capable de vous retirer cette "odeur persistante de vulgarité" que nous inflige cette société dont nous subissons les principes ahurissants, sous couvert d'une nouvelle morale sociale et politique à la culpabilité gluante.

    A l'heure où nos libertés intellectuelles et sociales disparaissent quasi totalement, où tout est régit par l'inculture et l'émotion primaire, il est vital d'avoir les moyens de recréer des bulles de libertés , aussi choquantes puissent-elles sembler, dans un premier temps.

    D'une manière tout à fait inattendue, ce livre est un modèle philosophique de vivre et "survivre".

    Natacha Amal


  •  

    Et voici une interview publiée aujourd'hui sur le site italien de "Il Bicchiere di-verso" :

    http://ilbicchierediverso.gqitalia.it/297/un-intervista-snob-antonius-moonen


  •  

    Voici une critique trouvée sur le site http://www.leverbefou.fr, qui annonce une « lecture-spectacle » (les mardi 12 et 19 juillet 2011) de mon Petit Bréviaire du Snobisme au Festival d’Avignon par Natacha Amal, actrice d’une renommée internationale qui a travaillé avec des metteurs en scène de théâtre tels que  Jérôme Savary, Gérard Lauzier, Jean-luc Moreau ou encore Robert Hossein. Quant au cinéma, elle était la muse de Tony Marshall, Philippe de Broca, Ariel Zeïtoun et Peter Greenaway. 

    "J'ai rarement lu un ouvrage aussi libérateur, forcément drôle, et qui soit capable de vous retirer cette "odeur persistante de vulgarité" que nous inflige cette société dont nous subissons les principes ahurissants, sous couvert d'une nouvelle morale sociale et politique à la culpabilité gluante.

    A l'heure où nos libertés intellectuelles et sociales disparaissent quasi totalement, où tout est régit par l'inculture et l'émotion primaire, il est vital d'avoir les moyens de recréer des bulles de libertés, aussi choquantes puissent-elles sembler , dans un premier temps.

    "Petit bréviaire du snobisme" est le plaisir coupable à s'offrir.
Les banques vous poursuivent? Vous n'avez plus de quoi subsister, votre créneau professionnel est bouché?
C'est maintenant, alors que la société vous rend petit et misérable et vous pousse dans le précipice, que cette oeuvre vous aidera à puiser en vous ce qu'il faut de dérision et de panache pour lui faire un immense pied de nez et vous élever à nouveau.

    D'une manière tout à fait inattendue, ce livre est un modèle philosophique de vivre et "survivre".

    Voilà ce que j'en retire à la relecture.
Un bonheur.

    Natacha Amal"


  •  

    KOSMOPOLIS - Interkulturelle Zeitschrift aus Berlin 21-22/2011

    Genial

    Ronald Daus, Ursula Daus, Antonius Moonen, Mario Vargas Llosa, Peter B. Schumann, Elisa Rath, Alex Westwood

    Datum :15.06.2011

    Aus dem Inhalt :

    Ronald Daus : "Man ist heute kein Genie mehr"

    Elisa Rath : "Eiffelturm 2011"

    Der Literaturnobelpreisträger 2010 Mario Varga Llosa im Gespräche mit B. Schumann

    Anton Moonen : "Der Snob und das Genie"

    Ursula Daus : "Bollywood goes global"

    Geniale Kunst von Caravaggio zu Picasso

     


  •  

    Je sais, le printemps est arrivé ! Et l’été s’annonce chaud à cause de toute cette radioactivité japonaise ! Songez donc déjà à organiser votre séjour rafraîchissant aux Pôles car il risque y avoir foule. Voici une critique de mon Snob Extrême – Précis de fuite arctique et antarctique trouvée sur  http://www.grazia.fr/ afin de vous y préparer convenablement.

    Le guide du snob sur la banquise

    Le nouveau snobisme, c'est de partir en voyage au pôle (Nord ou Sud, ça c'est vous qui choisissez). Antonius Moonen nous offre un petit guide désopilant pour faire bonne figure au pays des ours blancs. Extraits.

    Pourquoi les pôles ?
"Après le cocooning des années quatre-vingt et le lounging de la décennie suivante, n'est-il pas temps d'instaurer la mode de l'hiberning ? (…) Quoi de mieux pour conserver son énergie et perdre les quelques kilos pris au cours de l'été ?" 
"De nos jours, vouloir atteindre le pôle Nord ou Sud, que ce soit à pied, à skis, en traîneau à chiens ou à rennes, en brise-glace ou en avion, peut être considéré comme une occupation très "dandy", et même "antihéros", car "inutile"."

    Avant le départ : 
"Lorsque l'on se prépare à une expédition vers les pôles, les obstacles – il faut en être conscient – peuvent être sans nombre : tempêtes de neige, tracteurs qui tombent en panne, manque de vivres, huskies mal entraînés, etc." Pour Antonius Moonen, le moyen de transport à privilégier reste le cheval ("tout ce qui touche aux chevaux est snob d'office" d'après le duc de Bedford) ou la limousine blanche, "si vous souhaitez vous déplacer incognito dans le blizzard".

    Sur place : 
On se met à la mode des Inuits et on se fait photographier : c'est l'occasion rêvée pour devenir "la star du prochain défilé automne/hiver de John Galliano". Peaux d'ours, de phoques, couture avec intestins de mammifères marins, ceinture avec une boucle en ivoire de mammouth… Si, si, c'est très tendance !

    PS: Evidemment, vous pouvez remplacer John Galliano par tout autre couturier de votre choix.... 


  •  

    Ci-après une critique de mon Petit Bréviaire du Snobisme trop adorable et très complice et « absolute snob », trouvée sur le blog Absolute Trendsetter ( http://absolute-trendsetter.over-blog.com/)

    « Dernièrement, j’ai testé le salon de thé Hermès. L’occasion de faire un petit tour par la librairie et de dénicher un opus qui m’était jusqu’alors inconnu mais que j’ai dévoré avec délectation : Le petit bréviaire du snobisme par Antonius Moonen. Inutile de vous dire que je me suis jetée dessus, et pas uniquement parce que ça me faisait un joli sac Hermès à arborer à la sortie.

    Snob est un adjectif qu’on me lance depuis des années, utilisé le plus souvent dans un sens péjoratif, uniquement parce que j’ai quelques idées et que je n’en démords pas. Oui, je suis allée des années durant en vacances à Saint-Tropez, et force est de constater que le village a perdu de son charme avec l’arrivée de nouveaux riches sans aucune éducation. Y aller en juin ou en septembre semble être l’unique solution.

    Parmi mes autres défauts, on peut lister mon allergie aux sanitaires publics, mon incapacité maniaque à emprunter chaussures ou vêtements (et à prêter les miens), mon aversion pour le cheap bas de gamme sans aucun style, mon arrogance face à tout ce que je n’admire pas d’une façon ou d’une autre (et sachez-le, cela fait beaucoup de choses), mon désintérêt de la chose publique (puisqu’elle est publique, elle ne me concerne pas), ou encore mon idée personnelle d’une bonne compagnie.

    Pour autant, je suis à première vue tout ce qu’il y a de plus normal, quoique pouvant sembler un peu hautaine parfois (les talons y sont pour beaucoup : quand vous regardez les gens de haut, ils le prennent souvent pour eux). Mes goûts sont éclectiques, et j’irais même jusqu’à dire que je suis bon public. En revanche, tombez dans le graveleux sans humour, le pseudo-décalé sordide ou le manque de classe patenté, et ma générosité naturelle s’envole aussitôt.

    D’un redoutable esprit de synthèse, j’analyse tout ce qui est à ma portée et ai la critique facile, au grand désespoir de quelques personnes faisant volontiers preuve d’une certaine charité envers les fautes de goût évidentes, souvent orchestrée par des magazines qui savent que pour vendre il faut donner dans le neuf, quitte à ridiculiser nombre de lectrices (et lecteurs, mais dans une moindre mesure) influençables.

    A la lecture de ce bréviaire, j’ai donc pu constater que ce “défaut” dont on m’a longtemps affublée n’est en réalité qu’une qualité qui se perd avec les bonnes manières. Car malgré ma fâcheuse tendance à n’en faire qu’à ma tête tout en imposant mon point de vue (seul valable, cela se vérifie chaque jour), je fais preuve d’une éducation à toute épreuve, ce qui est d’autant plus désagréable pour les malheureux qui oseraient s’attaquer à moi.

    Une question se profile donc à l’horizon : faut-il revendiquer son snobisme, au risque de faire des émules qui, loin de l’être naturellement, le seraient par mimique ? Car si le snobisme est une qualité, le généraliser en ferait un banal trait de caractère. Alors oui, je suis snob, et non, je n’envisage pas de me soigner… »


  •  

    Et voici une critique en italien de "Snob Extrême" trouvée sur le site http://www.noveporte.it:

    Testo: Non per snobismo (o forse si, chissà) segnalo un libro in lingua francese, da poco tempo apparso in libreria. Si intitola "Snob extreme" e il sottotitolo recita "Précis de fuite arctique et antartique", ovvero "Compendio sulla fuga artica e antartica", di Antonius Moonen (edito da Paulsen, 2008). Il libro in questione si presenta come un manuale dalla copertina verde scuro, stampato su carta pesante, cosa che lo rende in effetti assai più faticoso a leggersi di quanto non potrebbe essere - la cosa, senza dubbio, è volontaria - ma ne vale la pena, per chi conosce bene la lingua francese: il libro è molto divertente, ironico ed allo stesso tempo serio, dacché le informazioni che contiene sono tutte rigorosamente vere; notevole l'iconografia, con foto e illustrazioni d'epoca. Difficile però spiegare in poche righe di che cosa parli effettivamente questo libro, per cui tradurrò quanto qui (http://www.lescinqcontinents.com/infos/index.php?2008/12/06/212-snob-extreme-precis-de-fuite-arctique-et-antarctique-d-antonius-moonen-paulsen-2008) detto: --- Voler far parte di un "circolo ristretto" sembra essere l'occupazione principale dello snob: questi desidera coltivare la propria unicità, distinguersi dalla massa ed allontanarsi dal quotidiano. Ciò spiegherebbe perché il circolo polare è suscettibile dal catturare tutta la sua attenzione: non si tratta forse di un piccolo circolo della sfera terrestre? Dopo il "cocooning" degli anni '80 ed il "lounging" del decennio successivo, non era forse tempo di instaurare la moda dell'"hiberning"?: "Il freddo conserva! Nel momento in cui i viaggi 'anti età' hanno il vento in poppa, perché non pensare ad una 'cura congelante' sulla banchisa? Dovrete ammettere che è assai meno banale d'una talassoterapia al Grand Hotel delle Terme di Biarritz!". Troviamo così in questo libro, scritto con un tono che unisce gravità e autoironia, una miniera di consigli sulle destinazioni più appropriate per lo snob polare, sul suo guardaroba, sulla sua possibile residenza (dall'hotel-igloo al 'tipi' siberiano), la sua alimentazione (dagli animali commestibili di quelle regioni alle specialità gastronomiche locali), i suoi mezzi di trasporto (slitta, 4x4, kayak, carro a vela...), senza dimenticare i libri da portare con sé, per quando i giorni e le notti divengono interminabili! Si troverà allegato, pure, il Who's Who della mondanità polare: esploratori e celebri avventurieri.

     


  •  

    Une critique de mon "Snob Extrême – Précis de fuite arctique et antarctique" trouvée sur le site http://www.elconfidencialdigital.com.

    Avis aux éditeurs espagnols snobs?

    "Su autor, Antonius Moonen, ha tenido en los últimos años encontronazos de violencia verbal con Fréderic de Rouvillois, escritor de una historia de la educación y una historia del esnobismo, ya que de Rouvillois afirmó ser un snob del café Illy y Moonen se le lanzó al cuello tras detectar ahí un no va más de la vulgaridad. Es una pena pensar que libros como estos, entretenidos, agradables y bastante informados, nunca se publicarán en España. En su último aporte de excentricidad, Moonen viaja a los polos para instruir al lector en la poética del frío y en todo género de saberes más o menos misteriosos sobre exploradores, fauna nórdica, cocina, vestimenta y demás. Uno aprende a vivir como un inuit, en caso de necesidad, o a montar en caribú, por más que “ninguna casa de marroquinería de lujo ha mostrado aún interés en confeccionar riendas para reno”."

     

     


  •  

    Mon prochain livre, "Manuel de savoir-vivre à l'usage des maîtres et maîtresses de chiens", sortira le 6 avril 2011 chez les éditions L'Inventaire à Paris (EAN : 9782355970108).

    Voici son résumé selon mon éditrice:

    "Il y a longtemps qu’Antonius Moonen préparait ce Manuel de savoir-vivre, nouveau Petit Bréviaire dont les héros, les grands snobs, sont les chiens et non leurs maîtres ou maîtresses. On retrouve ici tous les ingrédients qui ont fait, et font encore, le succès du Petit Bréviaire, à ceci près que tout y est considéré du point de vue du chien. Quels sont, à travers le monde, les hôtels (de luxe, bien sûr !) dans lesquels les chiens peuvent résider ? De quels parterres ou colonnes s’ornent-ils pour que leurs visiteurs à quatre pattes puissent soulager dignement un besoin pressant ? Comment occuper élégamment les week-ends de son Médor à la campagne ? Quel professeur choisir pour ses leçons de chasse ? Bottin mondain, généalogie, protocole et étiquette, aucun élément important de la vie du snob canin n’est omis. La décoration des « patte-à-terre », les vêtements, bijoux et accessoires de marque figurent également en bonne place. Et si maîtres et maîtresses veulent que leur animal de compagnie déguste une nourriture saine et raffinée, ils testeront les recettes indiquées par l’auteur. A vos gamelles, donc, Mesdames et Messieurs, pour préparer des « Délices de l’Epagneul breton à l’Aveyronnaise » et autres « Charlottes de lièvres à la Pékinoise » ! N’oubliez surtout pas, dans les principaux ingrédients, une bonne dose d’humour et d’ironie (mordante, cela va de soi) !"

     

     

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique