• Le lancement de ce blog, voyons!! 


  • A priori, vous n’avez rien à faire. Chaque enfant, doté d’un esprit valide, snobe son camarade d’âge inférieur ! Ensuite, il existe des caractéristiques que l’on attribue, souvent faussement, au snob, et qui sont innées chez l’enfant. Les gamins sont de nature arrogants, dédaigneux, nonchalants et tyranniques. Que des qualités que l’on attribue d’habitude aux gens de la noblesse !

    Comme les people, nos petits ont parfois des passions très éphémères et se sentent vite ennuyés et blasés. Observez-les ! En effet, à l’instar du dandy, lorsqu’on est enfant, rien n’étonne, lorsque tout étonne. L’enfant a cette capacité-là. Et lorsque tout semble normal aux yeux d’un adulte, il s’extasie devant un petit détail. L’enfant est un snob inné.

    Faut-il le stimuler ?

    À vous de voir. Sachez toutefois que les enfants, contrairement à leurs parents, lisent les livres, pas les critiques. Ils ne se laissent point influencer par les opinions des autres. Quand un livre s’avère ennuyeux, l’enfant baille ouvertement. Certes, le snobisme intellectuel lui est (encore, mais pour combien de temps ?!) inconnu! Mais s’en moquer, songez-y, est un snobisme réservé aux meilleurs ! N’en faites surtout pas un produit de masse ! Les ressources humaines de nos jours recrutent surtout des êtres uniques, des personnes avec une particularité. Et le snobisme est là pour vous aider !

    Une pension privée en Suisse ?

    Bien sûr, c’est important de savoir éplucher une orange avec une fourchette et un couteau : sinon, il y a toute culture qui risque de disparaître ! Madame de Rothschild ne me contredira pas : le snobisme a des facettes très conservatrices ! Vous pouvez, éventuellement, afin de stimuler leurs personnalités, déshériter vos enfants. Puis il y a d’excellentes écoles à Mourmansk. L’enseignement du savoir-vivre y est certainement très réduit donc prévoyez quelques cours de rattrapage à son retour.  On imagine que les oranges y sont rares !  

     

     

     

     

     


  • Leçon 1

    Les économistes servent uniquement à dire aux fortunés, qu'ils sont fortunés et aux miséreux qu'ils sont miséreux. C'est déjà fort désagréable d'être pauvre, sans que l'on vous le rappelle systématiquement. A l'instar des économistes, les sociologues ne sont pas d'un grand secours non plus, lorsque les malheurs financiers nous accablent. Pourtant, selon les grands sociologues de la première heure, leur mission, comprendre le fonctionnement d'une société, devait constituer un moyen de lutter contre ses fatalités et épreuves comme les crises économiques. Ces dames et messieurs pourraient tout de même, et cela me semble la moindre des choses, vous indiquer quelques adresses et conseils afin de faire vos emplettes plus avantageusement.

    Soit! Généralement, pour un snob et tout autre humain de posture et de psychologie normales, il n'est pas chose facile (et certainement pas saine non plus) de se priver brusquement de ses friandises et ses boissons habituelles, de subir l'excitation des soldes, de prendre les transports en commun, de migrer dans un quartier populaire, de partager l’escalier avec des sous-espèces humaines. De risquer sa vie ! Puisque nullement accoutumé et constitué à endurer une telle absence de savoir-vivre, il est quasi certain que la pègre profitera de lui. Le nouveau pauvre est une proie facile!  

    Car il est évident que ces « anciens » pauvres savent déjà où se trouve le Lidl  le plus  proche, alors que le nouveau miséreux ignore totalement ce concept allemand et minimaliste afin de réduire les coûts et de proposer des produits à prix très bas. Attention, si vous y attendez une architecture d’intérieure « minimaliste » à la Rem Koolhaas, vous serez probablement déçu. Parce que dans ce contexte, « minimaliste » n’a rien de très snob et est plutôt synonyme de « minimal », de «dépouillé sans charme ». Il n’y aura pas une jolie et douce musique qui vous accompagne pendant que vous faites votre choix (si choix y a !), les étagères ne seront pas en palissandre mais en boîtes en carton ou, carrément, inexistantes.

    Par ailleurs, beaucoup de temps pour réfléchir, vous n’en aurez pas car la clientèle et les caissières y sont également très rudimentaires dans leurs politesses. Préparez-vous à être bousculé, poussé et culbuté. Vous pouvez effectivement feindre y mettre vos pieds délicats pour la toute première fois, ou faire croire que vous cherchez urgemment votre femme de ménage ou votre concierge ou que vous êtes perdu. Mais ces poses-là ne sont pas recyclables : elles ne servent qu’une fois. Faire vos acquisitions dans le Lidl d’une ville éloignée risque de devenir très lassant aussi. Chaussez donc vos lunettes noires Gucci (mieux vaut rester incognito), prenez un air impassible, montrez à quel point votre sang-froid peut être glacial et de quel fer votre hardiesse est faite ! En bref : votre snobisme inné vous aidera à mieux subir ces horreurs.

    En outre, vos cours particuliers à l’Institut Goethe vous seront très inutiles! Car grâce à votre culture générale, vous aurez sans doute un petit avantage sur les habitués qui ont probablement du mal à reconnaître certains produits teutons ou à lire leurs étiquettes. L’idée qu’ils confondent une poudre de lessive avec du lait en poudre, les croquettes pour chat avec des gâteaux apéritifs ou une eau de javel avec un breuvage bavarois est par ailleurs fort amusante. Car occasionnellement, on y trouve des délicatesses allemandes, comme des petits pains d’épices de Nuremberg, consommés outre-Rhin en grande quantité pendant la période de Noël. Chez nous, il faut parfois attendre Pâques pour qu’ils soient dans les rayons. Vérifiez donc toujours les dates de fabrication. Notez également que Lidl a ouvert, en 2009, son premier magasin en Suisse. C’est plutôt rassurant, vous ne trouvez pas ? Surtout si vous passez la saison à Gstaad. 

     

     

     


  •  

     

    Après cette introduction (accueil) un peu intello, je voulais quand même vous dire que je suis charmé de vous accueillir sur mon site ! Enfin, vous n’aurez plus à me chercher vainement chez les bouquinistes ! Il était grand temps ! Désormais je serais constamment à votre service : un simple clic et mon petit univers s’ouvrira à vous ! Je sais, les kiosques débordent de lectures et d’incitations au snobisme. Souvent, pour leurs éditrices et éditeurs, le snobisme se synthétise tristement à l’achat du même parfum que la fille de Coppola, les mêmes ballerines que Madame Sarkozy, la même montre que son mari, et autres banalités du même genre ! Comme si le snobisme était aussi simple que d’avoir une bonne mémoire! Certes : le name-dropping est une chose essentielle à la notoriété des snobs en herbe. Je n’ai rien contre ces gens qui citent de noms célèbres à qui veut l’entendre : certains me transportent dans le monde agréable du sommeil. Mais, comme déjà signalé, pratiquer le name-dropping soi-même ne laisse que peu de place à la distractivité, mon passe-temps favori.

    J’ai habité quelques années à Munich où je m’étais pris d’affection pour un camarade adorable nommé Hérode. Je suis entièrement d’accord avec vous : ce n’est pas un nom facile à porter pour un chien allemand, surtout un pedigree dont les grands-parents étaient des champions luxembourgeois. Je l’ai donc changé en Harry, à l’instar de l’assistant de Derrick. Son professeur de chasse, un Bavarois du cru, me donna chaque semaine des exercices pour la maison. On ne peut pas prétendre que nous étions débordés par la vie mondaine munichoise, pourtant, nous ne trouvions jamais du temps pour faire nos devoirs. Alors, chaque samedi, nous avions droit aux reproches et réprimandes du chasseur bavarois. Je me souviens particulièrement d’un sermon qui se terminait avec : « Il y a des chiens qui vont à l’école et d’autres qui vont à la discothèque. »  Il va de soi, qu’Harry n’obtint jamais son brevet. J’ai fait une tentative de lui en acheter un, mais les Allemands sont si peu corruptibles. Je tiens toutefois à signaler qu’il fut le seul chien qui a eu droit à une visite complète et privée du Musée de la Chasse de la capitale bavaroise, qu’il a passé des vacances en Sardaigne, au Sacher à Vienne et bien d’autres lieux huppés et qu’il a dévoré au moins trois laisses Hermès et plusieurs tapis persans.

    Vous m’avez compris ! Il y a des échelles dans le snobisme, comme il y a des rayons dans votre kiosque préféré.  Je tâcherai de vous apporter un snobisme équilibré.  Parfois même très écolo ! 

    Singulièrement vôtre,

    Anton@snoblissime.com