• Une très bonne nouvelle pour nos petits chéris et snobs royaux adultes : Le fabricant allemand de jouets Zapf Creation a décidé de créer pour Noël une édition ultra-limitée (5.000) d'un poupon «Baby George» largement inspiré du dernier petit héritier de la couronne britannique. Fabriquée en Chine (ce qui est fort regrettable et qui détériore son snob-appeal terriblement), la poupée arrivera fin novembre dans les rayons. Selon l’annonce, l’enfant royal est haut de 46 centimètres, rigole, gazouille, baille, pleure et babille et adopte même des expressions du visage très « mignonnes», même en faisant des rots. Autre déception : il est livré sans ses regalia, mais tout simplement en pyjama imprimé du drapeau britannique et du prénom George. En effet : encore une faute de goût ! 


  •  

    Qu’est-ce que c’est un Eurosnob ?

    Un snob qui n’achète que des produits européens ? Un snob que refuse de passer ses vacances en dehors de l’Europe ? Un Anglais, un Suédois ou tout autre habitant d’un pays européen qui a choisi garder sa monnaie locale au lieu de se convertir à l’euro ?

    Rien de tout cela ! Un « Eurosnob » est un terme qui nous vient des USA : il s’agit d’un Américain, amateur de football, qui préfère regarder les matchs européens et qui snobe les matchs des équipes de son pays. 



  •  

    Enfin ! La liste des vingt villes les plus snobs des USA a été publiée par Travel and Leisure !

    1)   San Francisco ! Bien sûr numéro 1 grâce à sa population « gay » ultra-snob ! Mais aussi pour son snobisme culinaire, ses boutiques, galeries et quartiers « trendy ».

    2)   New York : les snobs à théâtre, les « art snobs », les fashion victims, les night clubbers : on y pratique un snobisme très décontracté.

    3)   Boston : les snobs littéraires et snobs intellectuels s’y retrouvent. Plutôt un snobisme conservateur (old-school culture).

    4)   Minneapolis/St. Paul : un mélange de snobisme alternatif (les « hipsters ») avec un restant de snobisme « yuppie » (ou « british » si l’on veut) : les  sportivités « outdoors ».

    5)   Santa Fe : un paradis pour nos snobs « culturels » (musées, galeries).

    6)   Seattle : Un must pour les snobs de l’informatique et nouvelles technologies.

    7)   Chicago : Un des publics les plus snobs dans le monde du théâtre.

    8)   Providence : Les art-snobs y fréquentent les « artsy » cafés snobs où contemplent des performances artistiques snobs.

    9)   Washington DC : Evidemment : parce ce que l’on risque de dîner dans le même restaurant que le couple présidentiel.

    10) Charleston :  Un snobisme plutôt BCBG, mais un nirvana pour nos snobs à design et snobs à vintage.

    11) Portland (OR): Les snobs bobos adorent sa conscience écologique, ses marchés aux puces et ses bouis-bouis « streetfood ». 

    12) Savannah : Incontournable pour les snobs à opéra. Les « party-snobs » y trouveront également leur bonheur.

    13) Nashville : Jadis une ville très distinguée (avant l’arrivée des hippies), aujourd’hui elle semble se redorer le blason avec des restaurants très huppés.

    14) Kansas City : le snob culturel s’y sentira bien : à part les musées, l’opéra, le ballet et l’orchestre symphonique sont abordables.

    15) Philadelphia : dîner au même restaurant que George Washington cela vous pose un homme.

    16) Los Angeles : En effet, elle manque de snob appeal : pas assez de snobisme culturel. Mais un orgasme cosmique pour les snobs à tendance « bling », les gate-crashers et les name-droppers.

    17) Houston : Pour ses boutiques de luxe, son artisanat et son élite locale (les barons à pétrole).

    18) Portland (Maine): Un endroit de rêve pour les snobs à bière.

    19) Austin : Mélange d’aristocratie locale (barons du bétail) et d’hipsters.

    20) San Juan : Si vous êtes vraiment snob, il faut être invité à une soirée le 31 décembre par un des habitants de cet îlot aux airs monégasques. C’est également un Eldorado pour les brand snobs et snobs culinaires.  





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique