• Enquête snob

    Enquête snob  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Questionnaire snob par Andrea Bruno Pivato : Flâneur professionnel et amoureux de la beauté et du luxe.

     

    Etes-vous plutôt un snob « positif » (24h/24) ou plutôt un snob « relatif »? 

    A.B.P. : Personnellement, je ne me considère pas comme snob; c’est plutôt à mon entourage de me définir comme tel. Peut-être, je pourrais être un snob "positif". Mais une chose est certaine: je suis une personne très sélective, en particulier en amitié. J'exige, chaque jour, la qualité et l'excellence, à commencer par les petites choses. La quantité ne m’intéresse pas. 

    Est-ce qu’on vous a déjà qualifié de snob ? Comment avez-vous réagi ? 

    A.B.P. : Oui, parfois. J'étais content. Aujourd'hui, dans une société homologuée, médiocre voire trash, être snob, pour moi, c'est un grand privilège. 

    Quel est le snobisme que vous supportez le moins ? Quel genre de  snobs vous évitez ?

    A.B.P. : J'évite les fashion-snobs, les snobs trop conservateurs et traditionalistes, les snobs démocrates, les snobs de la technologie, les parvenues ou les nouveaux riches dépourvus de bon goût et de finesse.

    Quel snobisme vous pratiquez régulièrement ? 

    A.B.P. : Etant une personne polyédrique et éclectique, je cultive de nombreuses passions et de nombreux intérêts. Par conséquent,  je pratique plusieurs snobismes. Le snobisme intellectuel, littéraire, psychologique, anarchiste, philosophique, spirituel, esthétique et musical.  Enfin, je suis un snob à voitures, du cigare, du cosmétique, du design et de l'architecture aussi.

    Qui est selon vous le personnage le plus snob de notre Histoire (mort ou vivant) ?

    A.B.P. : Arthur Schopenhauer (un de mes philosophes préférés), pour sa misanthropie et son pessimisme radical.

    A quel pourcentage estimez-vous vos amis atteints de snobisme ?           

    A.B.P. : A 65%,  pour le moment…

    C’est quoi pour vous le « comble » du snobisme ?

    A.B.P. : Être libre, libertaire et libertin!

    Quel est votre « petit » snobisme à vous ?                                                                                                 

    A.B.P. : Boire un bon cappuccino italien, fumant un excellent cigare cubain ou un Toscano, dans un café littéraire historique et luxueux de la cité.