• Enquête snob

     

    Enquête snob

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Questionnaire snob de Liliane Gonzalez (en exercice de prononciation snob pour la photographie) : Styliste de mode, designer-textile, conception matières et tendances.

     

     

    Etes-vous plutôt une snob « positive » (24h/24) ou plutôt une snob « relative »?

    Assurément, je l’avoue sans honte, je suis snobe. On est snob à 100% ou on ne l’est pas ! Pas de relatif ou de demi-mesure à mon avis. Alors, positif 24h tous les jours ! Comme à vous répondre cher Anton par l’affirmative à ce questionnaire en pleine nuit… Mes insomnies sont snobes aussi !

    Est-ce qu’on vous a déjà qualifié de snob ? Comment avez-vous réagi ?

    Qualifiée de snob ? Je souris d’aise… Bien sûr, et quel souvenir ! J’étais très jeune. Je m’en souviens très bien. Qualifiée par Jacques Chazot dans la cuisine de Madame Ludmilla Tcherina. J’avais un peu moins de 10 ans et on me demanda si je souhaitais boire quelque chose. Par politesse, j’ai accepté un verre d’eau. La cuisinière me le servit dans une sorte d’écuelle. Saisie, j’ai réclamé un verre. « Mais elle est snob cette petite » s’est écrit Jacques Chazot, surgissant. Je ne savais pas vraiment ce que ce mot voulait dire, mais venant de lui, cela ne pouvait être qu’un compliment ! Mon père me l’expliqua, il était un rien snob aussi.

    Quel est le snobisme que vous supportez le moins ? Quel genre de snobs vous évitez ?

    Ce qui m’exaspère le plus, mais je ne sais même pas si je qualifierai de snobisme, pour rester puriste. Je dirais les personnes arrivistes snobs, les nouveaux riches comme les fauchés qui arrivent si bien à se mettre au devant de la scène sans contenu, sans tenue. Ces parasites que j’ai croisé tant de fois et qui pullulent aux défilés de mode des créateurs… 

    Quel snobisme vous pratiquez régulièrement ?

    Au singulier snobisme ? Alors,  j’hésite entre le snobisme intellectuel, « mes » rituels aux livres.  C’est trop intime  pour en dire plus !  Et mon autre snobisme, plus matérialiste, mon besoin de verroterie et de vaisselle classée à chaque moment de la journée. Les personnes qui me connaissent bien anticipent toujours mon addiction.

    Qui est selon vous le personnage le plus snob de notre Histoire (mort ou vivant) ?

    Je suis emportée depuis quelques années maintenant par Chilly Gonzales, un musicien créatif contemporain hors pair. Je vous assure, il est le néo snob ! J’adore quand il arrive sur scène avec sa superbe robe de chambre satinée, brodée à son effigie, en pantoufles, gominé pour mieux se déstructurer à la note, un vrai dandy. Tout de suite, intimement boudoir, une invitation à l’ivresse musicale. Magique !

    A quel pourcentage estimez-vous vos amis atteints de snobisme ?

    Moi et les chiffres ! J’ai comme une incompatibilité persistante. Mes amis ? Pour la plus part sont atteints. D’ailleurs, ils ne seraient pas mes amis.  Comme ma famille, le snobisme est héréditaire !

    C’est quoi pour vous le « comble » du snobisme ? 

    Aller diner chez Schwartz à Montréal ! Anton, venez faire le détour, je vous invite !

    Quel est votre « petit » snobisme à vous ?

    Tout simple : Baguenauder la journée en déshabillé de soie avec une tasse de thé, en porcelaine de préférence de Limoges ancienne fleurie. Mon seul souci, le thé refroidit trop vite.